PZL 106 KRUK échelle 1/4

Publié le par JEFF

undefined 

LE GRANDEUR

 

Les PZL 106 ont été conçus entre 1973 et 1992 environ, après les PZL 101 et PZL 104. 250 appareils ont été construits à Varsovie. Cet avion, très maniable, est utilisé pour l’épandage agricole, la lutte contre les feux et arrive à faire environ 90 rotations par jour pour une consommation d’à peu près 150 à 280 l de pétrole/heure.

 

longueur : 9.10 m

hauteur : 2.85 m

envergure : 14.80 m

masse : 998 kg

poids total en charge : 3 tonnes

vitesse maxi : 200 km/h

rayon d’action : 600 km

plafond maxi 3000 m

moteur 7 cylindres Sternmotor de 600 CV

profil Alle Clark Y

  
undefinedundefinedundefined

undefinedundefinedundefinedundefined

undefined

undefinedundefined


undefinedundefined

undefined

Un nouvel avion à turbo prop lui succéda, le PZL 106 BTU TURBO KRUK.

  
undefinedundefined

Ayant eu à la Ferté 2003 en trophée un DA150 
http://www.desertaircraft.com/engines_detail.php?Page=DA-150
offert par Toni Clark
http://www.toni-clark.com/
, il me fallait mettre un avion autour. Depuis longtemps l’idée germait de faire un gros remorqueur et d’avoir un avion utilisable sur tous les terrains. Je contactais donc Marc Hauss pour un kit de KRUK. Ce kit est fabriqué par Frish-Modellbau en Allemagne, il existe 2 version du kit : 1 kit de base et un kit luxe maquette. Vous avez toute la description et les prix des kits sur le site de Frish-Modellbau.
 
http://www.frisch.flugmodellbau.de/index.html

 

 

CONTENU DU KIT échelle 1/4

 

Pour ma part, j’ai opté pour le kit de base. Revenant d’un meeting en Belgique, je suis donc passé chez mon ami Marc Hauss 
http://mhm-marc-hauss.eu/
undefined

pour prendre possession de ce kit. L’ensemble est assez volumineux :

 

fuselage fibre époxy léger avec des raccords de plan de joint, pratiquement invisibles et tous les rivets et ligne de tôle

La cloison pare feu en CTP de 5 mm est collée à l’intérieur du fuselage, ainsi que les renforts d’emplanture d’aile, aussi en 5 mm, capot moteur de même facture

Le train d’atterrissage est en 2 parties en époxy

La triangulation est formée avec les bagues d’arrêts de roue et des chapes industrielles brassées ainsi que l’amortisseur central à ressorts et toute la visserie

Le stab en polystyrène est coffré samba et est aussi très léger, les parties mobiles sont découpées

La dérive est en structure avec les couples découpés et le bois nécessaire

Les ailes sont en polystyrène coffrées samba avec la clé d’aile de ø 50 déjà positionnée ainsi que le couple d’emplanture

Les ailerons et volets sont prédécoupés

la clé d’aile en alu ø 50 est à couper en 2 pour respecter le dièdre de 3°

les 2 parties de fuseaux allant dans le fuselage sont en  époxy et à mettre en place

Les passages de fils de servo sont aussi en réserve

Les haubans sont en samba à contre coller ensemble. Tous les                 de haubans sont fournis ainsi que les 2 barres d’alu traversant le fuselage

Un fagot de bois nécessaire pour le montage est dans le kit ainsi que les verrières pré découpées qui équipent le poste de pilotage donnant l’accès à l’intérieur de l’avion.

Une notice de construction en allemand, mais heureusement avec beaucoup de dessins complète le kit.

undefined

 

undefined 

CONSTRUCTION

 

Après avoir discuté avec les 2 pilotes qui possèdent des KRUK, à savoir Frédéric Rémy et Ch. Langensee, le gros problème, vu le bras de levier avant, est de construire l’arrière. Super léger, sous peine de passer en catégorie 3 (n’est-ce pas Christian !), la dérive étant en structure, je l’ai entoilée à l’oracover pour gagner du poids. Vu le poids des éléments du stab, le gain de poids en l’évidant n’est pas nécessaire (100 gr), mais par contre, il est entoilé aussi à l’oracover et les servos sont ramenés à l’avant par l’intermédiaire de tube de carbone de ø 8. La découpe du stab dans le fuselage est assez précise pour ne pas y toucher. Les 2 haubans de stab (non fournis) sont réalisés avec des tubes alu hyper légers, mais très résistants (flèche d’arc), le tout tenu par des chapes à boule pour un démontage facile, les haubans restent sur le stab.

 

Passons aux ailes. Collez les renforts et bordure d’ailerons avec le bois fourni. Les volets sont livrés avec une fente simple en biais à 45°. Pour ma part, j’ai réalisé une vraie fente de volet. Il suffit de découper l’arrondi à chaud sur l’aile, de rajouter sur le volet un balsa de 150 mm d’épaisseur et de poncer à la forme. Puis vous confectionnez en époxy des charnières déportées et vous obtenez un volet « grandeur). Mettez en place les 2 tétons arrière de maintien d’aile, coupez la clé en alu de 50 en 2, découpez des trous de 54 dans les couples d’emplanture du fuselage pour le passage des fourreaux  en époxy et vous disposez le tout sur le chantier, soit 3.80m. Bien respecter le dièdre et une fois les ailes en position, collez à la résine époxy les fourreaux en place dans le fuselage après avoir comblé le vide entre les fourreaux et le fond du fuselage avec un balsa de 100. Vous mettez 2 tissus de 160 ou une bande carbone kevlar. Après séchage, c’est du béton.

 

Pendant que tout est sur le chantier, mettez la vis de fixation du stab et réglez le parallélisme avec les ailes. Pendant ce temps, vous avez collé les  haubans ensemble, inséré de la tige filetée de ø 3 après avoir fait un avant  trou et vissé les chapes fournies dans le kit. Les 2 barres d’alu qui traversent le fuselage sont aussi collées à l’époxy ainsi que tous les renforts balsa du fuselage.

 

Pour ma part, j’ai mi une bande de carbone en équerre sur chaque renfort, dans les ailes. Les fixations de haubans fournis (ronde 20 en bois dur sont collées à la PU. Après quoi, vous pouvez ajuster les haubans. J’ai aussi réalisé tous les petits haubans intermédiaires, pour un rendu plus maquette, entre l’aile et les haubans principaux  Un schéma de découpe est fourni dans la notice. Découpez un CTP de 0.8, les karman de hauban, là aussi, la découpe est dans la notice, et les fixer à la ciano. Dans le kit, les saumons sont finis par une planche de balsa.

 

J’ai réalisé les winglets de bout d’aile pour plus de réalisme. Après montage des charnières et découpe des logements de servo, le tout est entoilé à l’oracover, toujours pour le poids.

 

La partie fibre du poste de pilotage est renforcée avec du tube de carbone de ø 4 collé à l’époxy, avant de découper les portes vitrées de façon à ne pas les déformer. Les vitres seront collées après peinture.

 

La roulette de queue n’est pas fournie dans le kit. Le bras principal a été  réalisé dans un vieux bâton de ski suspendu avec ressorts de récup de photocopieuse, et une roue de ø 60, montée sur une corde à piano. La commande est en câble avec le servo ramené sous le poste de pilotage avec les servo de profondeur. A noter que le servo de dérive est monté directement dans la dérive et en attaque directe car il n’y a pas la place de l’articuler avec des câbles. Le crochet de remorquage est constitué d’une corde à piano de 2 coulissants dans un rond d’alu. Le DA 150 est monté sur une plaque en alu via 3 entretoises en alu, directement boulonnées sur la cloison pare feux. L’échappement est réalisé avec des cartouches de butane. Un berceau en tube acier a été réalisé pour permettre de mettre les batteries à l’avant du capot moteur pour le centrage. Le capot moteur vient recouvrir le fuselage sur 2cm. Il ne suffit plus que de mettre des inserts pour les vis de fixation.

 

Trois semaines se sont déjà écoulées et vu que le temps est au beau, il faut penser à la peinture. Les rivets étant en positif, pas question de poncer. Le gelcoat sera juste maté avec un disque à maté (fibre de plastique) pour carrosserie, le tout passé à la main. Ensuite, peinture 2 composants pour auto, séchage 4 heures sur la terrasse au soleil. Après, avec un feutre indélébile, je fais immédiatement les lignes de tôles, 1 point sur chaque rivet et en fait la patine avec un chiffon et de l’alcool.

 

A vous de bien doser l’alcool car c’est irréversible étant donné que la peinture n’est pas encore tout à fait sèche !!! Les rivets et tôles seront faits de la même façon sur l’oracover. On peut passer un léger film de verni pour assurer le tout.

 

réservoir : 2 litres

batterie : 3.3 A                 , allumage et batterie de secours, en normal 5A CAD pour le centrage

 

Equipement servo :

 

- dérive                 9204           9 kg           Futaba

- roulette              3012           14 kg           Futaba

- profondeur         2 profi        8 kg           Multiplex

- aileron                2 profi         8 kg           Multiplex

- volet                   2 3012        8 kg           Futaba

- gaz

- crochet               3012           14 kg           Futaba

- récepteur           2 R 5014 DPS PCM 63    Futaba

- centrage entre 38 et 42% (pour les essais, je suis à 40%) attention à ces valeurs elles sont mesurées à l’emplanture et l’aile est en flèche.

- poids total avec le plein : 23 kg.

 

Vous voyez qu’il n’y a pas beaucoup d’erreurs à faire. 

undefined

 

undefined

 

undefined

undefined

 

undefined

undefined

undefined

 

undefined

undefined

 

 C'est une très bonne machine , pour s'amuser sur les petits terrains et pour remorquer

j'ai remorqué à NIORT en 2006 Andreas FRICK avec son gros planeur de 40 kg. C'est un problème de coordination parfaite entre les 2 pilotes qui ont les yeux sur leur machine et le coach qui donne les ordres. IL faut obligatoirement être 3.

Publié dans monoplan

Commenter cet article